Coupe du monde de Football 2018 : Des données insolites pour briller à la machine à café !

La coupe de monde de la FIFA 2018 a donné son coup d’envoi le 14 juin dernier. A cette occasion, Information Builders, leader en solutions de Business Intelligence (BI), analytics et de gestion des données, s’est penché sur l’histoire de la seconde compétition sportive la plus suivie au monde et a réuni 10 chiffres clé au sein de l’infographie « 10 fun FIFA World Cup Facts ». Les données nous informent quel que soit le domaine d’activité… En voici quelques-unes à partager sans modération !

1

Le premier carton rouge de l’histoire, le plus jeune joueur de tous les temps…

– Le plus jeune joueur de l’histoire de la Coupe du Monde est le Nord-Irlandais Norman Whiteside, qui avait 17 ans et 41 jours lors du coup d’envoi de la compétition en 1982.

– Le Chilien Carlos Caszeli, considéré comme l’un des meilleurs joueurs chiliens de tous les temps, est quant à lui, le premier joueur à avoir reçu un carton rouge, c’était le 14 juin 1974 à Berlin lors de la coupe du monde en Allemagne, à la 67e minute de la rencontre RFA – Chili.

– En 2014, pour la première fois un sélectionneur a fait jouer tous les joueurs de son équipe. Ainsi, les 23 joueurs néerlandais sélectionnés ont foulé le terrain cette année-là.

2

2014 : 171 buts avec 3240 ballons – 20 ballons par match en moyenne

Marquer le plus de buts possible est l’objectif commun de toutes les équipes en compétition. 171 buts ont été marqués au Brésil en 2014… le même nombre de buts qu’en France en 1998. Certains buteurs sont entrés dans l’histoire, Noel Valadares, gardien Hondurien, est devenu le plus vieux buteur de l’histoire… en marquant contre son camp face à la France en 2014. Il avait 37 ans et 43 jours. Pour marquer il faut tirer : un vingtaine de ballons sont utilisés lors de chaque match, 3240 d’entre eux ont été dénombrés au Brésil lors de la dernière Coupe du Monde.

4

Une coupe et un business en or

Une compétition sportive oui, une affaire rentable, tout autant : La Fédération Internationale de Football espère réaliser 1,07 milliards de dollars de profit pour l’édition 2018 de la Coupe du Monde. En 2014, les ventes de bière et de cidre ont augmenté de 28 millions de $, et la vente de snacks de 3 millions de Livres… rien que lors de la première semaine de compétition. D’après les calculs du Professeur en mathématiques Paul Harper de l’Université de Cardiff, réunir l’ensemble des images de joueurs pourrait statistiquement coûter 773,60£ aux collectionneurs Panini en 2018. Enfin, 715,1 millions de téléspectateurs ont regardé la finale France-Italie en 2006… pour le plus grand bonheur des annonceurs !

3

L’infographie complète est à retrouver ici.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s